avatar
Vagabond(e)
Vagabond(e)
Profil
Messages : 81
Date d'inscription : 24/04/2018
Pseudo : Midy/Morty
Comètes : 190
Nom d'Etoile : Bruine de Minuit
Sexe : Mâle
Âge : 23 lunes [24/05/2018]
Bénédiction divine : Aucune
Meute : Aucune
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Sam 2 Juin - 23:45
Après qu'il ait ramené le louveteau à sa famille, Usui avait entreprit de traquer son ami. Oui, traquer. Traquer car c'était là le seul terme utilisable pour expliquer qu'il ne cherchait pas quelqu'un dont il était certains de l'existence, mais qu'il cherchait à débusquer quelqu'un dont la présence demeurait incertaine. Cette pensée le fit grimacer et il fixa longuement le crépuscule qui faisait lentement apparaître la première nuit qu'il vivrait sur ce monde. Inspirant profondément, le loup noir s'aventura dans la brume, avançant prudemment et forçant son ouïe à s'étendre le plus loin possible tout en ignorant le propre bruit qu'il faisait. Lentement, avec un rythme stable, ses griffes cliquetèrent sur les galets de la berge où l'eau du lac faiblement bercée s'échouait régulièrement en un doux glougloutement.
Il ne tarda pourtant pas à s'éloigner, constatant l'absence de présence lupine de ce côté ci, décidant de faire lentement et studieusement le tour du lac, ou tout du moins une partie car ça lui prendrait bien plusieurs heures que de faire le tour du point d'eau. Seul avec ses pensées, le loup songeait. A son ami disparu. A leur arrivé à tous sur ces terres. A l'intervention divine qui leur avait permis de fouler ces terres. Usui soupira aux questions qui tourbillonnaient dans son esprit sans qu'aucune réponses ne viennent s'inscrire en dessous, le laissant aussi frustré que perdu. Ne pas savoir était aussi terrifiant qu'addictif, mais si vous lui demandiez, il vous assurerez pencher du côté d'une inquiétude relative sur le futur. Rien ne lui garantissait que ces terres qu'il foulait n'était pas hostile, peut être plus, ou peut être moins, pour eux. Il inspira profondément de nouveau et ses yeux scrutèrent la brume.

Ce n'est que plusieurs heures plus tard, une fois la nuit bien installée et les étoiles scintillants dans le ciel que Usui songea à arrêter là ses recherches. C'est aussi à ce moment là, alors qu'il scrutait la surface du lac qu'il pouvait apercevoir qu'il repéra une silhouette près de la berge. Haute, sur des jambes fines, l'animal qu'il reconnu instantanément comme étant un herbivore lui avait échappé jusque là à cause de l'atmosphère chargée d'humidité qui masquée les odeurs. Le cerf, dont il était impossible de douter de l'identité au vu des imposantes ramures, redressa la tête de l'eau et se détourna pour repartir. Les deux animaux se figèrent lorsqu'ils eurent conscience de leur présence mutuelle et par instinct, l'imposant herbivore recula d'un pas, son sabot heurtant la surface aqueuse. A la pensée de la proie et d'un repas, Usui saliva presque et l'un comme l'autre eurent alors terriblement conscience de la position acculée du grand cervidé. Celui ci renâcla, se dressant de toute sa taille pour paraître menaçant, poussant le loup à gronder, dévoilant ses crocs dans sa fourrure sombre.
L'herbivore prit peur, et sa position piégée fit grimper son stress et son adrénaline face à l'ombre lupine qui disparaissait presque dans la brume. Enfin, peu importe ce qui se joua dans la tête du cerf, il chargea l'instant suivant, forçant Usui à esquiver en se jetant sur le côté. L'herbivore, aussi terrifié qu'en colère, brama et secoua plusieurs fois ses cornes dans la direction du prédateur. Et le mâle noir eut brusquement l'horrible conscience de ne pas être appuyé par une meute pour la chasse.

Il analysa rapidement la situation avant de prendre la décision de gonfler sa fourrure et de grogner fortement en réponse au brame de l'autre animal. Bien bien, pouvait il penser à cette situation comme étant désespérée ?



Spoiler:

Discute en #116062.
avatar
Vagabond(e)
Vagabond(e)
Profil
Messages : 27
Date d'inscription : 27/04/2018
Pseudo : Hoko
Comètes : 235
Nom d'Etoile : Tempête de Feu
Sexe : Mâle
Âge : 18 lunes
Bénédiction divine : Aodhagan
Meute : Aucune
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Dim 3 Juin - 12:36
L'amour brille sous les étoiles...
Une énorme tempête émotionnelle était en train de tourbillonner dans la poitrine du massif animal roux. Ses prunelles écarlates grandes ouvertes, on pouvait, si on observait bien, apercevoir des étincelles jaillirent de ses iris tellement ses émotions semblaient puissantes. Il entendait des hurlements, il voyait des ombres bondirent dans tous les sens, il distinguait des pleures, il apercevait des êtres qui avaient la gueule grande ouverte mais aucun son n'en sortant. Mais, tout ça lui importait peu. Au loin, une silhouette ébène, massive, les yeux de cet animal étaient sombres et habituellement sans expressions, mais là, un sentiment se dégageait de ses prunelles : La peur. Avant qu'il n'eut pu réfléchir, ses pattes réagirent, Amaterasu tenta de courir en direction de cet être aux poils noirs, mais c'était comme si il faisait du surplace. Il a vu les babines du loup bouger mais il ne put entendre ce qu'il avait prononcé. Et alors qu'un contact allait enfin exploser entre les deux êtres, le rouquin se réveilla en sursaut. Il s'était assoupit au creux d'un arbre quelques heures après son dur réveil dans ce monde aussi merveilleux qu'étrange. Son coeur battait si fort que le lupin crut pendant quelques instants qu'il allait exploser dans sa poitrine. La peur qui rongeait les entrailles du loup, il ne la comprenait pas. Il avait beau tenter de raviver des souvenirs, il n'y arrivait pas. C'était comme si un rideau de brume s'étalait entre lui et sa vie avant son réveil. Il savait qu'il courrait vers quelqu'un, vers une ombre, mais peu importe toute la force qu'il mettait pour tenter de s'en souvenir, il n'y arrivait pas, il y avait toujours comme un voile blanchâtre qui l'empêchait de voir son visage. Mais, Amaterasu se souvenait qu'il avait déjà fait ce même cauchemar à son réveil. C’est dans un mouvement incertain et maladroit qu’il se leva, titubant sur ses lourdes pattes. Le soleil était en train de se coucher, lançant des rayons orangées et donnant au pelage du loup une allure dorée. Il y avait trois choses dont il était sûr à présent : Il avait soif, il avait faim et il devait retrouver cette personne qui lui manque tant. Cette personne avait comme laissé un vide en lui. Comme si on lui avait arraché une partie de son corps. Il n’avait aucune idée d’où pouvait bien se trouver cet être ébène, mais il était sûr et certain que lui aussi c’était réveillé dans ce monde inconnu. C’est à cette pensée qu’il comprit pourquoi son coeur battait si fort, il avait peur, peur de l’inconnu. Peur parce qu’il ne se souvenait de rien, parce qu’il ne sait pas où il est ni ce qu’il fait ici et cela le terrifie. Il ne savait pas où aller, alors il décida de suivre un petit sentier de roches argentées, pensant que ça le mènerait quelque part, et il avait raison. Plus il avançait, plus il sentait qu’il arrivait quelque part. L’air se faisait plus frais et une brume étrange commençait à épaissir l’atmosphère, ce qui ne donnait absolument pas confiance au lupin qui, malgré ça, continua à avancer, se fichant du danger que pouvait apporter ce monde.

Les nuances auparavant embrasées de son pelage devinrent plus sombres au fur et à mesure que le soleil disparaissait. Puis, quand ce dernier laissa sa place à une froide mais magnifique lune, il pu apercevoir quelque chose de merveilleux… Les cieux étaient couverts d’un drap parsemé de milliers de petites étoiles flamboyantes. Et ça lui suffit à lui arracher un sourire attendri. Tout ne semblait pas si obscur dans ce monde, ce ciel nocturne le prouvait. Plus il avançait, plus il avait soif et plus il sentait son estomac se rétracter. Et, cet estomac tristement vide fit comprendre sa colère en poussant un grognement répugnant. Alors qu’il marchait, il aperçu quelque chose dans l’épaisse couche de brume, oui, il en était sûr, c’était un grand lac. Avec le peu de force qui lui restait, il se mit à courir en direction de l’eau et se jeta presque dedans. Il bu pendant un long moment puis s’assied au bord de l’eau calme… C’était magnifique tout de même. La lune en croissant se reflétait dans le liquide transparent et toutes les étoiles venaient accompagner le satellite naturel pour former une grande ronde. Amaterasu passa en revu son portrait dans l’eau. Ses beaux yeux injecter de sang, son pelage d’étincelles, son corps musclé et son doux visage. Rien ne semblait avoir changer. C’était comme si seulement une semaine s’était écoulé entre le moment de son réveil et… Avant ? Il était prit au piège dans une bulle de nostalgie et d’incertitude. Il se remémorait les hurlements et les pleures qu’il pouvait entendre dans son rêve, les silhouettes terrifiées qu’il voyait et les babines de celui qui lui avait parlé, le regard horrifié de cet ami… Non, ce n’était pas juste un ami, c’était bien plus… C’était… Comme un frère. Il n’arrivait même pas à se rappeler de son prénom. Il tentait de se convaincre que cela lui reviendrait si il le retrouve. Que tout s’éclaircira. Mais, lui même à dû mal à y croire… Cette voix qui l’avait accompagné dans son sommeil, qui lui avait murmuré « Amaterasu… Tempête de Feu... » il sait que c’était divin, alors pourquoi elle ne l’aide pas à le retrouver ? Pourquoi elle le laisse seul alors qu’il a besoin d’une aide divine ? Est-ce un test pour voir si il est capable de s’en sortir tout seul ? Le rouquin le sait, sans ce sombre loup, il n’est plus rien que de la chair qui prend la forme d’un loup. Il ne peut pas se considérer comme un animal sans lui. Parce qu’il sait, au fond de lui, il en est certain, que ce frère de coeur qu’il cherche lui donnera une raison de vivre. Parce qu’Amaterasu en est sûr à présent : Sa raison de vivre, c’est lui. Et même si il ignore tout de lui, il le trouvera et là il pourra sentir son coeur être peint de douceur et d’amour…

Cette bulle de nostalgie, de tristesse et d’espoir dans laquelle il se trouvait fut brusquement brisée par des grognements de fureur. Son sang ne fit qu’un tour. Sans même prendre le temps de réellement savoir ce qu’il se passait, il fonça vers l’endroit d’où provenait ces hurlements. Ses pattes foulaient le sol à une telle vitesse qu’il avait l’impression de voler. Il arriva presque à l’autre bout du lac. D’abord, la brume l’empêchait de voir quoique ce sois. Puis, il aperçu deux silhouettes, la première gigantesque, sur sa tête trônait deux grandes branches majestueuses, la deuxième, plus petite, mais beaucoup plus furieuse et dangereuse avait un pelage ébène et un regard furieux et terrifié… Un pelage ébène. Un regard terrifié. C’était comme si un éclair venait de le traverser, ses pupilles écarlates se posèrent sur la deuxième silhouette massive. Son cauchemar lui revint en tête. Comme si il le revivait à l’instant. Tout se mélangea. Doucement, la brume qui enveloppait le corps du lupin commença à s’évaporer avec le vent… D’abord, un long museau noir fit son apparition, puis, un grand corps musclé, des oreilles pointues et rabattues en arrière, des griffes acérées, des crocs immaculés… Ses babines bougeaient légèrement à cause de la vibration que provoquaient ses grognements… Il n’y avait aucun doute. Cette chose qui lui manquait tant se trouvait en face de lui, en plein danger, face à un grand cerf en colère. Sans même réfléchir, il plongea sur le gros animal pour le faire tomber à terre, le temps de la surprise, il en profita pour lui mordre la patte, l’empêchant de se relever, de lui lacérer le ventre et de lui asséner un coup de croc fatal à la nuque. Il se tourna vers la silhouette ébène, les seuls mots qu’il put prononcer furent les suivants :

« C’est moi, Amaterasu. Je suis de retour. »

Et une larme vint envahir sa joue au fur et à mesure qu’il apercevait le visage de son ami. Oui, son frère, il était là, son frère de coeur… Juste en face de lui.
ft. Usui. ♥️


Amaterasu ~




avatar
Vagabond(e)
Vagabond(e)
Profil
Messages : 81
Date d'inscription : 24/04/2018
Pseudo : Midy/Morty
Comètes : 190
Nom d'Etoile : Bruine de Minuit
Sexe : Mâle
Âge : 23 lunes [24/05/2018]
Bénédiction divine : Aucune
Meute : Aucune
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Dim 3 Juin - 14:06
Usui était prêt à vendre chèrement sa peau face au cerf en colère, peu désireux de mourir mais tout aussi conscient de sa propre faiblesse face à l'impressionnant animal. Ça ne l'empêcha pas pour autant de grogner un peu plus fort lorsqu'il aperçu l'animal flancher légèrement devant le prédateur sur la défensive, faisant temporairement douter l'herbivore. Ni lui ni Usui n'entendirent ou ne sentirent l'approche d'un autre quadrupède. Sortant de nul part comme un spectre de la brume, l'autre loup, puisque s'en était un, percuta avec toute sa puissance le cervidé, l'éjectant violemment sur le sol où il brama de douleur lorsqu'une de ses pattes fut prisonnière des mâchoires du nouvel arrivant. Usui eut tout juste le temps d'entamer son avancée que son camarade achevait l'herbivore en lui brisant la nuque. Le silence fut alors assourdissant, sifflant aux oreilles du noiraud qui ne pouvait détacher ses yeux de la fourrure rousse de l'imposant loup. Si côte à côte ils faisaient la même taille, il en était sur, le mâle noir était tout en finesse et vitesse alors que le mâle roux pouvait déployer des trésors de puissance brute. Usui se souvenait des longues comparaison qu'ils pouvaient faire entre leurs physiques, des taquineries et des moqueries bon enfant.
Qui pouvait être ce loup si ce n'est son ami disparu ? Il fit deux pas en avant, les quelques mots prononcés le ramenant durement à la réalité avant qu'il ne s'élance en direction de son ami. Le nom avec lequel il se présenta cliqua dans son esprit comme si il avait toujours été là, remplaçant l'étrange silence dans ses souvenirs quand il prononçait son nom par le passé. En quelques foulées il rejoignit le rouquin, s'arrêtant face à lui en freinant des quatre pattes, fixant les yeux devenus si inhabituels. Mais c'était à l'heure actuelle le dernier de ses soucis. Une larme, jumelle à celle de son ami et frère, vint rouler sur son pelage, rapidement suivit par d'autres alors que ses oreilles tombaient sur le côté en signe d'une peine absolue. Usui avait toujours eut l'habitude de restreindre l'expression de ses sentiments. La perte, même temporaire et très courte de son ami avait eu un impact puissant sur lui, mais il ne lui avait pas permit de se manifester. D'aucune façon que ce soit. Alors finir par retrouver son ami, l'autre moitié de son âme, avait été autant un choc qu'un soulagement qui avait submergé ses barrières.

Il enfouit sa tête dans l'encolure du rouquin, faisant peu cas qu'il le trempait à cause de sa fourrure imbibée par la brume. Il profitait juste de la présence forte et rassurante de Amaterasu.

- J'ai cru te perdre. - exprima difficilement le mâle noir, peu habituer à vocaliser ses sentiments - Je ne savais pas où chercher pour te trouver et ton nom m'échappait sans cesse. -

La nuit était silencieuse autour d'eux et il laissa glisser sa mâchoire sur le dos de son ami, reposant sa tête là en un geste tellement familier que son calme relatif tout juste retrouvé faillit voler en éclat. Les larmes continuaient de couler, plus témoins de son soulagement que d'une tristesse quelconque. Mais elles mêmes peu à peu se tarissaient.

- Amaterasu hein ? - relança t-il pour revenir sur leur nom respectif - Tu dois aussi avoir étrangement oublié le miens. On me l'a murmuré à mon réveil ici. La voix a dit que je m'appelais Usui. - il resta silencieux un moment avec de sourire légèrement, s'éloignant pour faire face à son ami et lui passa un coup de langue près de l’œil, à la base du museau - On ne se quitte plus hein ? Où traînais-tu jusque là ? -



Spoiler:

Discute en #116062.
Contenu sponsorisé
Profil
Posté
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum